· 

Apprendre la coopération par le jeu en famille

Au milieu du tumulte, la nouvelle société émerge. Elle se tisse à travers les existences personnelles de chacun et de chacune d'entre-nous, à travers le genre de personne que nous choisissons d'être et à travers les valeurs positives que nous choisissons d'incarner au quotidien. L'une des ces valeurs primordiales est la coopération.

 

Avec mon mari nous avons à cœur de réformer nos façons de penser, d'être et de vivre ensemble pour nous rapprocher de l'idéal d'une telle société. Nous avons observé que tout l'ancien système éducatif est basé sur la compétition, et cela commence dès la prime enfance, avec les jeux de société. A part le Jeu de la Transformation, il existe peu de jeux coopératifs sur le marché. La plupart nous proposent de jouir de la défaite des autres, de leur mettre les bâtons dans les roues pour entraver leurs progression, de gagner en marchant sur ses voisins... Est-ce vraiment le genre de valeurs que nous voulons continuer à enseigner à nos enfants ?

 

Pour transiter vers une société de coopération, le jeu devrait renforcer nos valeurs et fonctionnements positifs et non les détruire. C'est pourquoi moi et mon mari avons pensé à une façon de transformer nos jeux de société existants en des aventures coopératives en modifiant leurs règles de base. Notre premier essai a concerné le Mille bornes. Après une joyeuse soirée passée à tester notre nouvelle version, je vous en partage ici les règles avec grande joie et plaisir. Et si vous aussi trouvez cette variante bien plus sympa, n'hésitez pas à partager ce post avec vos proches ou à les initier vous-même à ces règles de jeu 😊

 

Mille bornes coopératif

Règles pour 2 à 4 joueurs suivent globalement les règles du Mille Bornes classique sauf pour les points ci-dessous:

  1. Au début du jeu chaque joueur reçoit 6 cartes et peut se défausser des cartes "malus" tant que son feu vert n'est pas posé (on ne peut pas avoir d'accident tant qu'on n'avance pas).

  2. Le déplacement démarre avec un feu vert, et on peut aider les autres à démarrer en leur donnant un feu vert, en début comme en cours de partie.

  3. Chaque carte "malus" est un événement pour celui qui le tire et s'applique immédiatement.

  4. Les joueurs peuvent aider à contrer les "malus" des autres, mais pas leur prêter des bornes (tout comme dans la vie, on peut réduire les difficultés de son prochain, mais pas vivre sa vie à sa place).

  5. Les bottes secrètes (citerne, increvable etc.) sont des "bénédictions" pour celui qui les tire et sont à poser dès qu'elles sont tirées. Elles protègent des "malus" correspondants qui sont défaussés aussitôt qu'ils sont tirés.

  6. On peut poser les cartes de 200 bornes sans limites.

  7. On joue jusqu'à ce que la dernière carte du talon soit tirée.

  8. Le but du jeu est d'atteindre au moins 2000 bornes en cumulant les scores de tous les participants. Un objectif secondaire de battre un record précédent peut aussi être poursuivi.

 

 

Dans notre variante, à chaque tour un joueur a ainsi 3 choix: avancer soi-même, aider un autre joueur en difficulté ou bien se défausser d'une carte si les deux premières actions sont impossibles.

 

Notre expérience personnelle de la variante coopérative était du pur plaisir: plaisir de jouer sans se faire agresser (fini le stress d'être attaqué dans le cadre du jeu ou d'être boudé à posteriori parce qu'on a gagné ou qu'on a été tenté de tricher...), plaisir d'aider son prochain, plaisir d'atteindre un objectif ou de battre un record ensemble. Cette variante apprend à l'adulte comme à l'enfant que le bien-être personnel passe par le bien-être de tous et qu'ensemble on va plus loin!

 

 

 

Vous avez aimé cet article ? Me remercier :