· 

Comment cultiver l'abondance dans votre vie

 

L'abondance n'est pas un état figé, c'est un flux naturel inscrit au cœur même de la vie, celui du donner et de recevoir. Cultiver l'abondance c'est être dans ce flux et s'y abandonner, c'est accueillir toutes les formes d'abondance et avoir confiance que, toutes ensemble, elles répondront à nos besoins. Dans cet article nous allons parler plus en détail de la nature de l'abondance et des façons de la cultiver dans sa vie.

 

Une énergie d'interconnexion

J'avais été programmée à penser, comme tout le monde, que l'abondance c'était le chiffre sur mon compte en banque et la quantité et la valeur des choses que je possédais. Je pensais aussi qu'être abondant c'était d'être capable d'avoir tout ce que je désirais à la seconde où je le désirais. Partant de cette vision, il était inévitable que mon expérience se résume à un sentiment de manque, car il est rare que les choses se passent ainsi. Mais au fil de mon cheminement, j'ai réalisé que la vie était abondante par nature, et ma vision a commencé à évoluer.

 

L'abondance est une énergie d'interconnexion ! L'Univers est lui-même bâti sur un modèle d'abondance où chaque astre, chaque planète, chaque espèce végétale ou animale soient inscrits dans une harmonie parfaite dans laquelle ils se complètent les uns les autres. Le sol nourrit les plantes et les plantes nourrissent le sol par leur « corps » en décomposition. Les plantes nourrissent les insectes avec leur pollen et les insectes aident les plantes à se reproduire en les pollinisant. Si on met de côté le système artificiel de contrôle créé par les humains et qu'on ne regarde que la nature, le manque n'existe tout simplement pas, car l'Univers prends soin des besoins vitaux de chaque espèce ! Je me suis dit alors : « Mais, je fais partie de cet Univers qui m'a créée, cela veut dire que mes besoins à moi sont aussi comblés ». Et c'est alors que j'ai compris.

 

La véritable abondance ce n'est pas d'avoir tout ce que je désire quand je le désire, mais d'avoir tout ce dont j'ai besoin dans cette vie pour prospérer en tant qu'être vivant, quand j'en ai besoin. Qu'il s'agisse de biens matériels, de temps, de repos, d'expériences joyeuses ou d'expériences formatrices, tout cela est l'abondance que la vie m'offre chaque jour, chaque seconde. Aussi lorsque je n'obtiens pas de suite ce que je désire, je prends le temps de méditer : en ai-je réellement besoin à cet instant précis ? Et bien souvent, la réponse est non.

 

Vos besoins sont toujours comblés !

Nos besoins vitaux, en tant qu'être humain doué de conscience et d'affect, sont assez simples au fond. Nous avons besoin d'air, d'eau, de nourriture et de sommeil pour que notre corps soit en forme. Nous avons besoin d'un abri pour nous protéger des intempéries et, toujours, préserver le corps. Nous avons besoin d'être en relation avec quelqu'un pour préserver notre santé mentale, qu'il s'agisse d'un autre être humain, d'un animal, d'une plante ou de l'Univers lui-même. Et enfin, nous avons besoin de nous exprimer de façon créative, de révéler notre essence, car c'est le but ultime d'un être humain. Lorsque toutes ces conditions sont réunies, nous avons tout le potentiel pour prospérer, ce sont nos seuls besoins réels dans la vie. Maintenant passez en revue votre vie en ce moment. Avez-vous tout ce dont vous avez réellement besoin maintenant parmi ces sept éléments ?

 

Donner et recevoir naturellement

La façon la plus simple de cultiver l'énergie d'abondance dans sa vie, outre de prendre conscience qu'elle est déjà là, comme nous venons de le voir, est de cultiver l'échange, de donner et de recevoir. Nous avons déjà parlé du fait que l’abondance soit un flux, et dans notre vie d'humain ce flux prend la forme d'échanges des biens et des services, du temps, des paroles etc. Malheureusement, nous avons beaucoup de crispations et de limitations autour de nos échanges, et ce faisant, nous entravons l'abondance qui circule dans nos vies.

 

La crispation la plus commune est d'être dans le fonctionnement du donnant-donnant ou du troc. Cela nous enferme dans un circuit fermé où quelqu'un nous fait une faveur et nous nous sentons redevables à cette même personne. La véritable abondance est plutôt comme un jeu de la patate chaude : on la passe au suivant ! La véritable abondance est non linéaire et totalement inconditionnelle : on donne quelque chose à quelqu'un sans rien attendre en retour, simplement parce qu'il en a besoin et que nous le pouvons, et puis un jour quelqu'un d'autre nous donne quelque chose exactement de la même façon lorsque nous en avons besoin et nous acceptons de le recevoir tout aussi inconditionnellement. En somme, il n'y pas à tenir les comptes et à se préoccuper de qui avait reçu et qui avait donné et combien, à se demander si on avait bien mérité ce qui nous est offert etc. L'important est que quand on est dans un fonctionnement coopérant et inconditionnel, tout le monde donne à tout le monde et ainsi tout le monde reçoit, ce qui fait que tous les besoins sont toujours comblés. Alors, n'ayez pas peur de donner. Faites-en un jeu et amusez-vous !

 

Vous avez tant à donner

Lorsque j'étais encore dans ma mentalité du manque, j'entretenais l'idée que je n'avais rien à donner, mais j'ai vite réalisé que c'était faux. Le don ne se force pas, il nous « tombe dessus », comme une synchronicité. Un jour on rencontre quelqu'un qui a besoin de quelque chose et on sait, on sent que c'est à nous de jouer, non seulement parce que nous le pouvons mais aussi parce que l'idée même nous procure de la joie. Quand on ressent de la joie à l'idée de donner, c'est le signe que c'est le moment approprié pour nous lancer. Lorsque nous ressentons de la résistance ou absence d'enthousiasme, en revanche, cette opportunité de donner est là pour quelqu'un d'autre.

 

Un don ne se résume pas forcément à de l'argent, cela peut être une compétence ou le fruit de notre talent. Ma dernière opportunité en date était liée à mes hobbys ! Une école primaire du coin a fait un appel aux dons de vêtements pour Barbie, car ils en avaient peu et cela générait des disputes chez les petites filles. Je me suis tout de suite sentie attirée par leur annonce, car je suis assez douée en crochet et j'adore créer des tenues uniques pour poupées, entre autres. Pendant une semaine, je me suis donc consacrée à la confection de plusieurs tenues uniques. Comme j'avais également quelques peluches amigurumis réalisées au crochet dans mes placards, j'ai proposé au personnel d'en faire don également, ce qui les a ravis. Si j'ai eu envie de donner cette fois, c'est parce que c'était « mon filon », parce que j'avais un surplus de pelotes de coton, mais surtout parce que cela me procurait de la joie. C'était comme me lancer un défi créatif et ludique tout en sachant que cela allait également apporter de la joie à quelqu'un d'autre. Deux jours plus tard j'ai reçu un message de ma mère qui me souhaitait bonne rentrée avec un virement surprise sur mon compte bancaire sans raison particulière. Je me suis dit : « C'est ça l'abondance ! Je l'ai distribuée à une école sous forme de jouets et elle est aussitôt revenue par la petite porte sous forme d'argent en cadeau. » C'est un flux, je vous l'avais dit !

 

 

Vous avez aimé cet article ? Me remercier :