· 

Êtes-vous proactif ou réactif?

 

Dès lors qu'il s'agit d'entreprendre une action, de lancer un projet ou d'initier des changements dans votre vie, votre attitude intérieure est absolument capitale. C'est en effet elle, plus encore que votre plan ou les ressources dont vous disposez, qui va déterminer votre degré de réussite. Il existe deux attitudes intérieures possibles : une attitude proactive et une attitude réactive. Dans cet article nous verrons ce qui caractérise chacune d'entre-elles et l'impact qu'elles ont sur votre vie et sur vos projets. Il vous sera ainsi plus facile de repérer laquelle de ces deux attitudes vous caractérise et si oui ou non vous avez besoin de la modifier pour réussir.

 

Attitude réactive

Une attitude intérieure réactive vous place en position de victime par rapport aux circonstances extérieures. Vous avez tendance à constamment réagir à ce qui vous arrive, à résister aux personnes et situations qui ne vont pas dans votre sens. Cette attitude prend racine dans une croyance inconsciente que votre vie dépend de ce que pensent et font les autres, et que sans leur aval vous ne pouvez rien accomplir dans votre vie. En plaçant l'autre en position de pouvoir, vous vous retrouvez démuni et vous perdez de vue que vous avez toujours la possibilité de choisir ce que sera votre prochaine action, quelle que soit l'attitude et les choix de votre père, de votre voisin ou du monsieur le maire.

 

Une attitude intérieure réactive génère beaucoup de stress et de tensions intérieures, car elle exige de vous une lutte permanente avec le monde entier. Lorsque vous êtes sous son emprise, vous vous focalisez sur l'obstacle au détriment de toutes les autres possibilités qui s'offrent à vous. C'est comme se taper la tête contre un mur en ignorant la porte qui se trouve à votre droite – tout à fait contre-productif et générateur de souffrance inutile.

 

Cette attitude vous rend rigide et vous empêche de vous adapter aux circonstances et aux imprévus. Lorsque vous êtes sous son influence, vos projets ne peuvent réussir, à moins que vous ne parveniez à contrôler un certain nombre de personnes, de facteurs et de situations. Si vous êtes une personne despotique et sans scrupules, il se peut que vous parveniez à prendre le contrôle de toutes ces variables au prix de la souffrance de toutes les personnes impliquées. Si vous êtes une personne pourvue d'une conscience, alors vous ne pourrez jamais contrôler tous ces facteurs, ce qui vous mènera à une impasse... à moins qu'il n'y ait une autre voie ?

 

Attitude proactive

En effet, il y en a une ! L'attitude proactive est l'exacte opposé de sa cousine. Elle vous place dans le rôle d'acteur de votre vie, et en tant que tel, vous êtes le seul à décider de la marche à suivre, et ce quelles que soient les circonstances extérieures et les choix des personnes qui vous entourent. Ici, vous vous adaptez constamment aux circonstances et aux imprévus au fur et à mesure qu'ils surgissent, de la même façon qu'un ruisseau contourne paisiblement les rochers et, mine de rien, parvient à rejoindre le fleuve. Cette attitude prend racine dans une croyance inconsciente que votre vie n'est pas directement soumise aux facteurs externes, car c'est vous qui décidez de la façon de gérer chaque situation.

 

Même si un petit stress d'adaptation est toujours possible, globalement une attitude intérieure proactive vous épargne bien des souffrances, car vous vous focalisez sur les innombrables solutions qui s'offrent à vous plutôt que sur les difficultés. Ici il s'agit de ne surtout pas résister à l'obstacle qui se dresse devant vous, mais d'accepter qu'il soit là, puis prendre un peu de recul pour voir s'il n'y a pas des voies qui vous permettraient de le contourner.

 

Cette attitude vous rend flexible et adaptable. Lorsque vous êtes sous son influence, vos projets ne peuvent que réussir, car vous parvenez à gérer efficacement tous les contre-temps qui vous séparent de votre objectif. De plus, vous économisez énormément d'énergie physique et psychique, car vous comprenez qu'il est inutile d'essayer de contrôler toutes les personnes et les circonstances – celles-ci vous échappent quoi qu'il arrive. En revanche, vous pouvez à chaque instant décider de la marche à suivre en réponse aux personnes et aux circonstances, et là-dessus vous avez un contrôle absolu.

 

 

Par exemple ?

Pour rendre la différence entre ces deux attitudes plus parlante encore, prenons un exemple.

 

Pas plus tard que cette semaine j'ai été confrontée à un obstacle assez embêtant qui a chamboulé mes plans professionnels. Alors que je m'apprêtais à créer une nouvelle vidéo pour ma chaîne YouTube, tous mes logiciels se sont soudain légués contre moi ! Ce n'est pas encore le « Terminator, soulèvement des machines », mais cela a suffi pour me frustrer.

 

Si j'avais adopté une attitude réactive, cela aurait donné ceci :

Je me débats avec mon logiciel de montage audio qui soudain refuse de lire correctement la bande-son, de découper des segments d'audio, plante, replante encore... Je mets ainsi plusieurs heures à enregistrer un podcast de douze minutes seulement pour me rendre compte que l'audio finale ressort tronquée et qu'il faut tout recommencer. Ensuite, je me débats avec mon logiciel de montage vidéo qui dès le lancement me gratifie d'un plantage. Je persiste à vouloir créer la vidéo aujourd'hui et quoi qu'il arrive. C'est alors que, au bout d'une heure de travail, ce logiciel replante à nouveau sans que j'aie pu sauvegarder les modifications et tout mon travail est perdu. Je dois tout recommencer de zéro !

 

Heureusement, j'ai choisi une attitude proactive, ce qui a donné ceci :

Je me débats avec mon logiciel de montage audio qui soudain refuse de lire correctement la bande-son, de découper des segments d'audio, plante, replante encore. Je prends le temps de réfléchir, et j'édite le podcast avec un autre logiciel. Certes, il fait moins pro, mais qui ne tente rien... Surprise, la qualité finale est tout de même au rendez-vous ! Ensuite, je me débats avec mon logiciel de montage vidéo qui dès le lancement me gratifie d'un plantage. Je me rappelle d'une expérience malheureuse où j'avais essayé de forcer les choses pour qu'au final le logiciel replante en plein montage et que toutes mes données soient perdues. Je me dis que ce ne serait pas productif de nager contre le courant (d'autant plus que ces derniers jours la technologie s'est comportée bizarrement en ma présence) et décide de retenter mon montage vidéo plus tard. Mais que faire de toute mon énergie créative dans l'immédiat ? Rester passive ne ferait qu'augmenter ma frustration. C'est alors que je réalise que je pourrais tout simplement rédiger un article à la place, et tant qu'on y est, pourquoi ne pas parler de la différence entre les attitudes réactive et proactive ? :)

 

Vous pourriez aussi être intéressés par la partie 2 de cet article:
-Comment tirer profit des circonstances indésirables

 

Vous avez aimé cet article ? Me remercier :