La fin du mythe de l'enfant idéal

Il n'y a pas si longtemps, les enfants étaient considérés comme des « ardoises vierges ». On assurait aux parents qu'il leur était possible de transmettre à leurs petits tout ce qu'il voudraient et les modeler à leur guise, créant un enfant idéal conforme en tout point à leurs souhaits. Des générations entières avaient ainsi vécu prises au piège de leur éducation, de l'attente des uns et des autres et des croyances et projections de leurs ancêtres. Heureusement, cette vision est en train de tomber en morceaux. Dans cet article, je vous propose de briser ce mythe une bonne fois pour toutes et reconnaître à l'enfant que vous êtes et aux enfants que vous avez votre liberté de naissance – celle d'être vous-mêmes !

 

Le mythe de l'enfant idéal

La vie humaine est fascinante dans ses multiples interactions et interdépendances. Au cours de notre vie, nous pouvons tenir plusieurs rôles, parfois simultanément : être des enfants de nos parents, mais aussi des parents de nos enfants. Cet enchevêtrement de liens facilite le partage des connaissances et l'apprentissage des compétences essentielles, mais également la transmission des projections.

 

En tant qu'enfant, vous y avez forcément fait face. Depuis tout petit déjà, vous sentiez que parfois vos parents ne semblaient pas être pleinement satisfaits de la personne que vous étiez. Peut-être voulaient-ils faire de vous une star de la danse et ne prêtaient pas beaucoup de crédit à vos passions pour le dessin ? Peut-être voulaient-ils que vous excelliez en mathématiques là où vos talents naturels s'épanouissaient plutôt dans les langues ? Peut-être vous préféraient-ils réservés, alors que vous étiez naturellement expressifs et extravertis ? Ou bien inversement, tentaient-ils de vous socialiser à outrance estimant que votre naturel introverti était un problème à résoudre ?

 

Quel qu'ait été votre vécu personnel, une chose est certaine – il est blessant et angoissant pour un enfant de se sentir « insuffisant » aux yeux des personnes qu'il vénère le plus. C'est pour cela que vous ne pouviez vous empêcher de vous demander inconsciemment dans les tréfonds de votre esprit : « Qu'est-ce qui ne va pas chez moi ? Mes parents s'évertuent à me corriger sans cesse, alors il doit forcément y avoir un problème ! ». Peut-être est-ce une question que vous vous posez encore aujourd'hui. Et la réponse est qu'il n'y a absolument aucun souci chez vous. Le véritable problème est que vous avez été l'objet des projections de vos parents qui, n'ayant pas conscience de votre individualité à un si jeune âge, s'obstinaient à essayer de vous faire vous conformer à leur idée de l'enfant idéal. Ce n'était pas de la malveillance, mais davantage de l'inconscience.

 

De l'enfant idéal à l'enfant libre

Quel que soit votre âge aujourd'hui, vous restez enfant de vos parents. Peut-être tentez-vous encore de vous conformer à l'idéal qu'ils vous ont transmis, et que cela vous freine dans vos propres entreprises ? Aujourd'hui vous avez le pouvoir de vous reconnaître l'individualité et la liberté d'être la personne que vous êtes. Ce faisant, vous prenez, certes, le risque de décevoir vos parents. Mais s'ils s'obstinent à nier votre personne, ce risque devient une nécessité. Dans ce contexte, décevoir vos parents revient à les remettre à leur place de guides et d'accompagnants et non de maîtres de votre vie. Décevoir les attentes extérieures qui vous étouffent et vous emprisonnent est ce qui vous apportera votre liberté, ce qui nourrira votre capacité à vous affirmer et donc à vous estimer. C'est ce qui vous permettra de devenir enfin une personne libre.

 

Comme vous tous, j'ai absorbé beaucoup de croyances et de projections venant de ma famille. On m'avait appris, par exemple, que l'important dans la vie était d'atteindre un bon statut social caractérisé par une éducation poussée, un métier prestigieux couplé à un salaire généreux. Toute ma vie on m'a poussée dans cette direction : être la première de la classe, exceller dans toutes les matières, faire des études aux débouchés lucratifs. On m'avait fait comprendre que si j'y parviens, mes parents seraient enfin pleinement fiers de moi. Et une partie inconsciente de moi croyait sincèrement que c'était cela que je voulais. Il m'a fallu un fastidieux travail sur mes blessures et croyances pour reconnaître enfin que non, ce n'était pas ce que je voulais réellement, c'était seulement ce que mes parents voulaient pour moi, et que j'étais en âge où je n'avais plus à leur obéir. La loyauté qui exige de s'oublier est malsaine autant pour soi que pour les autres. Parfois, il faut se montrer déloyal pour accéder au bonheur tel qu'on le conçoit véritablement. Parfois, il vaut mieux renoncer à la reconnaissance de nos parents pour pouvoir enfin être fiers de nous-même. C'est ainsi que j'ai pris contact avec mon enfant intérieur et que j'ai réalisé que ce qui avait réellement de l'importance dans la vie pour moi, c'était de consacrer mes journées à ma passion et de la partager avec vous par tous les moyens disponibles.

 

Et vous, mes chers sophronautes, quel genre d'enfant idéal vous poussait-on à incarner ? Continuez-vous aujourd'hui encore à faire vivre cet idéal au péril de votre propre bonheur ? Et quelle personne êtes-vous réellement au fond de vous ?

 

Les nouveaux parents

Le fait de se questionner sur son enfance amène forcément à porter un regard inédit sur sa propre progéniture. C'est ainsi que les parents d'aujourd'hui reconnaissent plus volontiers leur individualité à leurs enfants et encouragent leur esprit d'initiative. L'explosion du nombre des écoles libres et là pour le prouver. La vision de l'enfant est en train d'évoluer rapidement. Exit les « ardoises vierges ». Aujourd'hui on reconnaît à l'enfant sa capacité à se responsabiliser, à se montrer juste autant dans ses propres choix que dans ses rapports avec les autres.

 

Les enfants sont en effet comme des graines. De même qu'une graine d'érable renferme en elle un potentiel unique attendant seulement les conditions propices pour germer, un enfant possède déjà en lui toutes les clés de sa réussite prochaine, et tout ce dont il a besoin c'est d'un environnement qui puisse nourrir ses talents naturels et l'abreuver d'amour et de confiance en ses capacités.

 

Ainsi, plutôt que d'orienter d'emblée l'éducation d'un enfant, il est plus sage de prendre du recul et d'observer. Quelles occupations l'intéressent et captivent son attention ? Quels passes-temps prédominent sur son temps de loisirs ? Vous pourriez ainsi vous rendre compte que cette machine à coudre que votre fille vous demande pour son anniversaire n'est pas un simple caprice, mais peut-être le début d'une longue et passionnante aventure de toute une vie dans les métiers de la couture ou du stylisme !

 

En tant que parents, nous avons donc tout intérêt à abandonner la chimère de l'enfant idéal et à la place à nous employer à découvrir chaque jour avec émerveillement et curiosité l'enfant que nous avons et qui, lui, est bien réel !

 

Vous pourriez aussi être intéressés par :

 

Les 5 besoins fondamentaux de l'enfant (intérieur)

 

Votre enfant est un génie

 

 

Vous avez aimé cet article ? Me remercier :