Mandala - votre allié contre le blues de l'hiver

 

A mesure que les jours raccourcissent et se rafraîchissent et que le soleil faiblit, un certain nombre de personnes commencent à souffrir d'un mal étrange – le blues de l'hiver, également connu sous le nom de la dépression saisonnière. Fatigue, sautes d'humeur avec tendances à la morosité et repli sur soi sont autant de symptômes répandus de cette affection. En cause, une baisse de la sérotonine et de la dopamine habituellement secrétées en réponse à divers stimuli, dont la lumière solaire qui est plus intense et abondante en été. Les remèdes proposés sont nombreux, et dans cet article je vous partage l'un de mes préférés – le mandala !

 

Les bienfaits du mandala

Le mandala désigne un dessin rond et symétrique comportant souvent plusieurs motifs et éléments ornementaux. Aussi vieux que le monde, il était déjà présent dans les cultures orientales, occidentales et même insulaires (la spirale ou le cercle avec son centre marqué sont les plus vieux mandalas jamais découverts gravés dans la roche). Symbole de l'Univers – le macrocosme, il est également relié à l'individu – le microcosme, illustrant le principe que ce qui est en haut est comme ce qui est en bas.

 

Lorsque nous réalisons nous-mêmes un mandala de façon intuitive en choisissant nos couleurs selon nos préférences instinctives, celui-ci agit comme un miroir pour notre inconscient, pour nos pensées et émotions du moment, ce qui nous aide à nous exprimer, à nous connaître et à nous accepter. En revanche, lorsque nous choisissons délibérément certains formes et certaines couleurs en fonction de leurs propriétés apaisantes, stimulantes, stabilisantes etc., le mandala devient un messager qui influence et réharmonise l'inconscient.

 

J'ai découvert le mandala en 2013 et n'ai cessé de m'y consacrer depuis en l'étudiant sous toutes les coutures. J'ai découvert qu'il pouvait être utilisé comme un message codé à l'intention de l'inconscient. Dans ce message, les formes et les couleurs jouent un rôle précis et sont destinées à influencer notre état émotionnel et mental en générant plus de bien-être. On peut affirmer que les couleurs résonnent plus généralement avec les émotions, tandis que les formes influencent notre état d'esprit global au niveau mental. En somme, choisir une palette particulière et l'appliquer à une structure de dessin particulière vous permet de modeler votre humeur !

 

Votre recette anti-blues

Pour le blues de l'hiver, je vous conseille de choisir des mandalas avec beaucoup de formes géométriques pointues, d'angles et de lignes droites si vous avez une tendance à la léthargie, car ces formes contribuent à discipliner le mental et à vous aider à fonctionner à un rythme établi. En revanche, si vous ruminez beaucoup, préférez des mandalas aux contours fluides et souples.

 

Choisissez une palette de couleurs flamboyante : rouge, orange, sans oublier le jaune. Ces couleurs vous stimuleront à la façon d'un champs de fleurs au cœur de l'été. Le vert est à utiliser avec modération, car bien qu'estivale, c'est une couleur plutôt apaisante et relaxante, en particulier pour le corps. En général, évitez le bleu clair, car son puissant pouvoir apaisant pourrait vous plonger dans l'apathie. A moins que vous ne soyez en proie à une intense souffrance émotionnelle, auquel cas il agira comme un pansement.

 

Pour vous lancer

Que vous soyez débutant ou connaisseur du mandala, vous pourriez être intéressé par mon e-book gratuit « Je médite avec le mandala » composé de 10 exercices interactifs incluant coloriages, méditations, tutoriels et bien plus. Pour le télécharger, cliquez sur l'image ci-contre !

 

Si vous souhaitez apprendre à dessiner, interpréter et utiliser vos mandalas comme une forme d'art-thérapie, mes ateliers mandala en vidéo sont faits pour vous. Ils incluent 2 heures de contenu vidéo, supports annexes et sont accompagnés de mon e-book « Les Trois Voyages du mandala » qui approfondira votre compréhension du mandala en tant que miroir de votre âme.

 

Vous pourrez aussi vouloir lire mon autre article « SOS déprime saisonnière : que faire ? », où je détaille le mécanismes du blues de l'hiver et vous propose une approche douce et bienveillante de cette période délicate.

 

 

 

Vous avez aimé cet article ? Me soutenir :