Vie heureuse: du contrôle à l'acceptation

 

Bonjour à vous, mes chers sophronautes ! Qui parmi nous ne souhaite pas vivre profondément heureux avec tout ce que cela apporte de joie, de légèreté et d'insouciance ? Pour la majorité d'entre-nous, une telle existence remonte loin à notre enfance, et il semble impossible de revivre cette magie une fois devenu adulte. Nous avons des responsabilités, des délais à respecter, des objectifs à remplir, et toutes ces obligations pèsent lourdement sur nos épaules. Et s'il n'était pas tant question des circonstances que d'attitude que nous adoptons face à elles ? Et si, en changeant d'attitude, nous pourrions à nouveau regagner la joie et la légèreté que nous méritons tous ?

 

Dans quel monde vivons-nous ?

Il y a deux façons de vivre cette vie. La première est de considérer que nous vivons dans un monde impitoyable, et que les circonstances sont contre nous. C'est pourquoi nous devons nous efforcer de les contrôler du mieux possible pour éviter le danger et obtenir accès aux bonnes choses. Une telle vie se résume à une lutte incessante contre la vie. La deuxième façon de vivre repose sur la vision d'un monde basé sur le partage et la coopération, dans laquelle chaque être complète tous les autres et contribue au bien-être de tous. Il n'y a nul besoin de lutter dans une telle existence. Tout ce que nous avons à faire est d'accepter les bienfaits qui affluent naturellement à nous, sans attentes et avec profonde gratitude. C'est nous qui choisissons, par notre attitude intérieure, dans lequel de ces deux mondes nous vivons.

 

 

Les circonstances sont vides de sens

Beaucoup de personnes vivent leur vie en mode auto-pilote. Elles estiment que les choses leur « arrivent », et ne réclament pas activement la responsabilité de leur existence. De ce fait, elles sont constamment ballottées à droite et à gauche au gré des situations. Les circonstances dictent leur quotidien, leur humeur de chaque instant, ce qui leur est possible ou non d'accomplir. Pourtant, les circonstances sont vides de sens ! Ce ne sont que des faits neutres sur lesquels nous collons une étiquette basée sur notre interprétation subjective.

 

 

Supposons que vous avez en tête un projet, mais que pour vous lancer vous ayez besoin de 300 euros, et vous n'avez pas cet argent. C'est une circonstance neutre. Vous pouvez y voir une limitation : « Je n'ai pas les conditions financières requises, je vais devoir renoncer à mon projet ». Si c'est le cas, vous faites le choix de vivre dans un monde impitoyable. Vous pouvez aussi y voir une opportunité : « J'ai besoin de 300 euros pour me lancer et il y a des tas de façons dont je pourrais avoir cette somme. Même si je n'ai pas de plan précis, je reste ouvert aux opportunités et je m'en tiens à mon projet ». Si c'est le cas, alors vous choisissez de vivre dans un monde de partage et de coopération. Un simple changement d'attitude intérieure, et l'existence vous paraît déjà plus prometteuse et plus légère !

 

 

Lâchons l'illusion du contrôle

Malheureusement, c'est bien la vision pessimiste de l'existence qu'on nous inculque à l'école. De la théorie de l'évolution de Darwin, à la mise en compétition constante entre élèves, en passant par des brimades et des humiliations, on nous enseigne qu'il faut se battre dans la vie, qu'il faut survivre. Et pour cela il faut être plus fort que les autres. On nous apprend que nous devons exercer le contrôle sur notre vie pour pouvoir la modeler à notre guise. Nous devons échafauder un plan précis et ensuite dégager tous les obstacles un à un jusqu'à parvenir à l'objectif. On nous apprend aussi que rien dans la vie n'est donné gratuitement et qu'il faut lutter pour gagner notre place sous le soleil. Que d'énergie physique et psychique gaspillée au quotidien pour toujours lutter, lutter, lutter ! Laissez-moi vous dire que c'est le pire des mensonges qui agit comme un poison pour notre esprit. Rien ne pourrait être aussi éloigné de la vérité.

 

 

Le contrôle l'avons-nous vraiment ? Ou ne l'avons-nous, en fait, jamais eu ? Aussi sophistiqués soient nos projets, un imprévu pourrait les réduire à néant en un instant. Pour commencer, rien ne garantit que nous soyons encore en vie demain pour poursuivre nos plans. Bien que nous cherchons à influencer notre entourage, rien ne garantit qu'il se range toujours à nos côtés. Lorsque nous planifions un voyage, il est susceptible d'y avoir des retards des transports. Lorsque nous utilisons Internet, notre connexion pourrait être subitement coupée. Malgré tous nos efforts pour faire de notre enfant un élève-modèle, il pourrait revenir avec une mauvaise note. La réalité est que nous ne contrôlons aucune des circonstances extérieures ! Comment le pourrions-nous ? Nous n'en sommes pas les instigateurs. Mais si nous ne pouvons contrôler les circonstances de notre existence, que nous reste-t-il ? L'acceptation !

 

 

Acceptons ce qui est

Accepter ce que nous ne pouvons changer est le seul choix éclairé que nous pouvons faire sur le chemin vers un bonheur authentique. Accepter la vie suppose de cesser de lutter contre toutes les opportunités qu'elle nous offre, et commencer à apprendre de chaque circonstance qui se présente à nous. Lorsque cesse la lutte, la pression intérieure retombe. Vous rappelez-vous de vos dernières vacances, lorsque rien ne pressait et que vous pouviez simplement profiter du moment sans courir après les gens et les situations, sans vouloir changer quoi que ce soit ? C'est cela l'acceptation.

 

 

Attention : accepter ne veut pas dire se résigner ! Bien au contraire, dans l'acceptation réside la capacité des choix éclairés. Vos choix sont alors orientés sur le moment présent : « Que puis-je faire maintenant qui me permette d'avancer vers mon objectif ? » Le moment présent vous offre toujours une opportunité, c'est la seule que vous ayez à exploiter. Vous n'avez pas besoin de renverser les montagnes à la recherche d'autres possibilités, exploitez seulement ce qui est à votre portée maintenant, et votre vie sera aussi fluide et légère que celle d'un enfant.

 

 

Et en pratique ?

Comment cela s'applique à votre vie ? Supposons que vous souhaitez changer complètement de vie, déménager dans une autre région et trouver un travail. Vous avez seulement trois mois pour réaliser votre projet et vous êtes un peu anxieux quand à votre capacité de réussir. Ne vous embrouillez pas l'esprit avec le comment. Acceptez votre situation présente. Vous êtes assis au milieu de votre studio bien loin de votre objectif final. Concentrez-vous sur ce qui est à votre portée maintenant. Par exemple, vous pouvez dès à présent envoyer plusieurs candidatures pour des emplois basés dans la région visée. De même, vous pouvez déjà commencer à parcourir les petites annonces immobilières pour regarder les logements. C'est actions simples et immédiatement accessibles vont déboucher sur de nouvelles opportunités qui, en s’enchaînant, vous mèneront à votre objectif sans que vous n'ayez besoin de lutter. C'est ainsi que l'un de mes amis a changé de vie en l'espace de trois mois.

 

 

Pour résumer : les circonstances sont neutres, interprétez-les de façon positive pour vous ouvrir aux opportunités qu'elles recèlent.

Vous ne contrôlez rien, alors acceptez vos circonstances présentes. Agissez toujours en fonction du maintenant. Faites-le non pour forcer le changement, mais parce que vous êtes heureux et inspiré de le faire maintenant. Profitez de la vie ! Lorsque vous n'avez à vous préoccuper que de l'instant présent, celle-ci devient bien plus joyeuse, légère et insouciante.

 

 

Vous avez aimé cet article ? Me soutenir :