Toute la vérité sur vos émotions négatives

Bonjour, mes chers sophronautes ! Cette semaine j'ai envie de vous parler des émotions « négatives ». Je place ce mot entre guillemets, parce que, comme vous allez le voir, dans la vie rien n'est tout blanc ni tout noir, pas même vos émotions. Pourquoi se manifestent-elles ? Faut-il mieux les combattre ou les fuir? A moins qu'il n'y ait une autre voie ?

 

Courage, fuyons !

Le qualificatif - « négatives » - en dit long sur le rapport que la majorité d'entre nous entretenons avec ces émotions. Lorsque nous pensons à quelque chose de négatif, cela nous évoque une expérience désagréable, indésirable, à éviter et à fuir à tout prix. Cela est plus simple lorsqu'il s'agit d'une personne ou d'une situation, il nous suffit alors de nous en éloigner tout simplement. L'émotion, quand à elle, fait partie de notre réalité intérieure. Comment fuir cette réalité qui nous poursuit telle une ombre ? La prouesse paraît impossible, et pourtant des générations entières d'êtres humains s'essaient à l'exercice en fuyant dans le travail, dans les addictions ou dans les distractions de toutes sortes. Le subterfuge semble fonctionner pour un moment, jusqu'à ce que les « fuyards » se retrouvent face à eux-mêmes et soient de nouveau confrontés à ces mêmes émotions « négatives » qui n'ont pas bougé d'un pouce et ont patiemment attendu une nouvelle occasion de s'exprimer.

 

Tous en garde !

La fuite n'ayant pas fonctionné, certains décident alors de combattre leurs émotions. Après tout, n'avons-nous pas été tous conditionnés à répondre au stress par une réaction de combat ou fuite ? Ils déclarent alors, que ces émotions sont mauvaises, qu'elles sont un ennemi à éradiquer à tout prix. « Vous allez voir, mes émotions négatives ! Vous ne pourrez pas résister à 30 min d'affirmations positives de Louise Hay ! » Là aussi, cela semble fonctionner pour un temps et un nouvel état d'esprit positif semble même émerger timidement en eux. Mais il suffit souvent d'une seule situation frustrante pour que la belle façade qu'ils s'étaient construits s'effondre et que les émotions négatives reviennent à grands coups de ruminations.

 

Une troisième voie

Que faire alors de ces émotions pénibles si l'on ne peut ni les combattre ni les fuir ? La réponse semble venir d'elle-même : les écouter ! Il faudrait, en effet, reconsidérer la définition que nous donnons à nos émotions « négatives » pour nous rendre compte que puisqu'elles font partie de notre expression individuelle et de notre monde intérieur, elles sont de ce fait désirables ! Oui, j'ai bien dit « désirables » ; désirables, car utiles, puisqu'elles remplissent parfaitement leur fonction.

 

La fonction des émotions négatives

Aussi curieux que cela puisse paraître, la fonction première des émotions négatives n'est pas de nous importuner. Elle est de nous informer sur notre état intérieur, en particulier lorsque celui-ci est déséquilibré. Chaque fois qu'on éprouve de la colère, de la tristesse, de la peur, de l'anxiété, de la honte ou de la culpabilité, tous ces états émotionnels sont là uniquement pour tirer la sonnette d'alarme et nous dire : « Attention, il y a en toi un conflit émotionnel dont tu dois t'occuper ! » Le simple fait de prendre conscience de cela pourrait nous épargner beaucoup d'énergie et de lutte intérieure inutile.

 

La deuxième fonction des émotions négatives est de nous aider à remonter à l'origine du conflit émotionnel pour le résoudre. A force de travailler avec mes propres émotions négatives ainsi qu'avec celles de mes clients, j'en suis venue à les aimer. N'auriez-vous pas suivi un ami très cher qui vous dit : « Je sais que tu as un problème, je sais quelle est sa nature et comment le résoudre. Veux-tu de mon aide ? » Bien sûr que si. Et bien, c'est exactement ce que vous disent vos émotions négatives, à leur façon, chaque fois qu'elles se manifestent !

 

 

Autorisez-vous à ressentir

Il y a deux principales difficultés que mes clients rencontrent lorsque je les invite à s'abandonner à leurs émotions. Premièrement, ils entretiennent une image dégradante de ces émotions et considèrent que s'ils s'ouvrent à eux, cela fera automatiquement d'eux de mauvaises personnes. C'est souvent le cas dans les familles où les émotions telles que la colère ou la tristesse étaient perçues comme indésirables et donc réprimées. Deuxièmement, le ressenti même de ces émotions est souvent assez pénible et s'accompagne de tensions corporelles, de pensées dévalorisantes ou encore de réactions diverses telles que des pleurs. Pour toutes ces raisons, il peut être plus facile et plus rassurant pour beaucoup de personnes d'être accompagné et guidé à travers ce processus par un professionnel bienveillant.

 

Cependant, dans l'absolu, nous avons tous cette aptitude à s'accepter tels que nous sommes, quel que soit notre état émotionnel et à nous autoriser à ressentir ces émotions-messagères. Alors seulement, en nous ouvrant à elles, en les accueillant à bras ouverts et en suivant leur fil, nous pourrons déboucher sur la cause de leur présence et nous en occuper proprement. Dans mon pack audio « Bien être corps/esprit Adultes » vous trouverez la séance d'écoute émotionnelle spécialement conçue à cet effet.

 

Vous avez dit « négatives » ?!

Pour récapituler, les émotions « négatives » sont des messagères qui tirent une sonnette d'alarme et nous informent qu'il y a un conflit émotionnel dont il est nécessaire de s'occuper. Elles sont également nos guides : elles nous aident à élucider la nature du conflit et à le résoudre. Ces émotions sont donc absolument nécessaires, car elles sont des agents de régulation dont le rôle est de tendre vers un retour à l'équilibre. En apprenant à mieux les accueillir, nous nous offrons l'opportunité d'élargir notre état de bien-être global.

 

 

Vous avez aimé cet article ? Me soutenir :