Faites de votre corps un ami !

Bonjour à vous, mes sophronautes ! Si vous lisez cet article, alors il y a de grandes chances pour que votre relation avec votre corps ne soit pas au beau fixe. Nous faisons partie des générations qui se sont tellement identifiées à leur corporalité, qu'il leur est impossible d'accepter que ce corps soit en réalité doué d'une intelligence propre et ne se conforme pas à tous leurs désirs. Si ce que vous éprouvez au quotidien ressemble à du désamour, à de l'inimitié voire à une guerre de tranchées, continuez à lire, car je vais vous livrer ici quelques clés pour faire de votre corps un ami et un allié bien-être au quotidien.

 

Votre corps est un Univers vivant

 

Nous sommes tellement habitués à notre corps. Il nous accompagne de notre naissance jusqu'à notre mort, et souvent, en disant « je », c'est lui que nous désignons. Pourtant, le corps n'est pas « vous », pas plus qu'il n'est un objet en votre possession. Au contraire, vous êtes une conscience pure, et le corps est votre compagnon de route dans ce monde organique. Pour comprendre les causes de vos maux physiques, vous devez réaliser que vous vivez en réalité en binôme avec votre corps !

 

Derrière l'apparence familière – une tête, deux bras, deux jambes – se cache tout un univers. Votre corps est un ensemble organisé de plus de 100 milliards de cellules qui cohabitent en harmonie et assurent le bien-être de tous. Une cellule est un petit être vivant : elle mange, excrète et communique avec d'autres cellules qui l'entourent. C'est une petite conscience, et vous en avez 100 milliards sous votre responsabilité ! Comment en prenez-vous soin au quotidien ?

 

 

La clé de l'écoute

 

Je suis pleinement convaincue que notre santé dépend entièrement de la relation que nous entretenons avec notre corps, et la clé d'une bonne relation est toujours l'écoute. Êtes-vous à l'écoute de votre corps, de ses besoins et de ses messages, ou le traitez-vous comme votre esclave au quotidien ? Percevez-vous ses signaux de fatigue, respectez-vous ses besoins de sommeil ainsi que ses préférences alimentaires ?

 

Lorsqu'on commence à prêter attention aux sensations du corps, une vie nouvelle s'offre à nous. Je peux en témoigner personnellement, car j'ai été confrontée à cette prise de conscience il y a cinq ans, et j'ai fait le choix de respecter mon corps et d'en faire une priorité. A l'époque, mon surpoids persistant m'avait conduit à me poser des questions. Et si mon corps n'était pas mon ennemi ? Et si sa condition actuelle n'était que le reflet de mon propre refus d'en prendre soin de la façon dont lui en avait besoin et non de la façon dont l'affirmaient les magazines dans leurs éloges de régimes. Votre corps est le seul à connaître ses besoins spécifiques. Pour les respecter, vous devez apprendre à prêter l'oreille.

 

Déchiffrez les messages du corps

 

Vous n'en avez peut-être pas toujours conscience, mais votre corps vous parle à chaque instant. Il n'utilise pas de mots, ni d'images. Son langage à lui se compose de sensations. Je ne peux que les nommer ici, à vous de les vivre, de les éprouver pleinement afin de pouvoir les reconnaître lorsqu'elles se présentent. Voici la traduction générale de quelques-unes des sensations les plus courantes de votre corps.

 

Fatigue = mes réserves d'énergie vitale sont bas, j'ai besoin de me reposer ou de dormir pour récupérer

 

Douleur = quelque chose à l'intérieur de moi est blessé, j'ai besoin d'aide

 

Faim = j'ai presque épuisé mon stock de "carburant", j'ai besoin de nourriture pour le restaurer

 

Satiété = j'ai refait le plein de "carburant", je n'ai plus besoin de nourriture pour le moment

 

Si votre corps vous communique tout ceci, c'est pour vous donner à chaque instant des indices pour bien prendre soin de lui. Si vous l'écoutez, vous ne le regretterez pas ! Avant de vous adonner à une activité, prenez l'habitude de consulter votre corps : a-t-il tout ce qu'il faut pour vous accompagner efficacement ?

 

Parlez à votre corps

 

Je sais que l'idée de parler à son corps peut paraître un peu saugrenue à certains, mais elle découle directement de la réalisation que le corps est un ensemble d'êtres vivants. De nombreuses expériences ont montré que le vivant est sensible à nos états émotionnels, et à fortiori lorsqu'il s'agit de nos propres cellules. Une forte colère équivaut à un tremblement de terre pour elles !

 

J'ai conduit ma propre expérience lorsque je m'étais faite opérer. Tous les jours j'ai parlé à mes cellules pour les encourager et les soutenir dans le processus de cicatrisation. Je leur ai même demandé de résorber la boursouflure qui s'était formée au niveau d'un point de suture, et de cacher le fil qui s'en échappait. Que croyez-vous qu'il se soit passé ? Non seulement la cicatrisation a été rapide, mais en plus mes cellules ont fait exactement ce que je leur avais demandé.

 

Lorsque vous avez mal quelque part, vous avez tout à gagner à aimer et à remercier tout ce petit monde qui œuvre chaque jour à votre guérison.

 

Vous avez aimé cet article? Me soutenir: