Comment dompter sa peur?

peur, gérer sa peur, dompter sa peur, sophrologie, sophrologue lyon, sophrologie lyon, phobies

 

La peur est une réaction naturelle face à un danger imminent de tout être vivant. Chez nous, les humains, la peur peut prendre une autre facette : peur de ce qui pourrait arriver. C'est notre capacité de nous projeter dans le futur qui génère la crainte des possibles et le stress intense qui y est associé. En d'autres termes, ce qui nous fait peur c'est nos pensées ! Que pouvons nous faire alors pour dompter cette peur ?

 

Nous sommes des êtres complexes, et nos émotions peuvent avoir plusieurs facettes. C'est aussi le cas de la peur. Notre peur peut être physiologique ou psychologique, elle peut soit nous préserver d'un danger, soit nous encombrer. Si nous voulons apprendre à la dompter, nous devons y apporter une réponse adaptée.

 

*La peur physiologique : J'ai peur de ce qui est

Je souhaite traverser la rue et au moment où je m'apprête à le faire, une voiture surgit et passe à toute vitesse juste devant moi. Je le réflexe de sauter en arrière et l'évite de justesse. Ma peur n'aura duré qu'un instant ! Elle a permis à mon corps de générer l'énergie nécessaire pour éviter le danger.

Réponse :Ici la peur joue son rôle fonctionnel de préserver ma vie. Je peux pratiquer un exercice de respiration pour permettre à mon corps et à mes émotions résiduelles de s'apaiser. Par exemple une respiration profonde en 4-6 : inspirer pendant 4 secondes, expirer pendant 6 secondes.

 

*La peur psychologique 1 : J'ai peur de ce qui a été

Si je me suis déjà fait mordre par un chien, je peux développer la peur des chiens en général. Le chien qui me fait face peut être tout à fait pacifique et quémander des caresses, mais chaque fois que je me trouverai face à l'animal, je serai submergée par l'émotion et mon corps déclenchera toute une série de réactions physiques (sécrétion hormonale, accélération du rythme cardiaque, raideur musculaire, transpiration...). Pourquoi ? Parce que quand je regarde le chien en face de moi, je vois le chien qui m'a mordu ! En d'autres termes, le mental projette une expérience personnelle passée sur une situation présente, ce qui brouille ma perception de la réalité. Je ne vois pas la situation réelle (le comportement amical du chien), parce que je la regarde à travers un filtre d'une expérience passé (un chien agressif). Ici je projette la peur de mon expérience directe passée sur une situation concrète dans le présent.

Réponse : Si je sors de cette situation (par exemple en m'éloignant du chien), ma peur aura disparu. Pour un résultat à long terme, je peux aussi faire appel à un thérapeute pour me libérer de ma phobie.

*La peur psychologique 2 : J'ai peur de ce qui sera

Imaginons qu'un événement terrible s'est produit dans un coin plus ou moins éloigné du monde. Je n'y ai pas participé directement, mais lorsque j'allume la télévision, je vois des images de l'événement et j'entends les commentaires des présentateurs. Lorsque je regarde cette scène, l'émotion des personnes qui ont vécu l'événement se communique à moi, j'intègre les images que je vois et les mots que j'entends, ce qui génère des pensées autour de cet événement et je me sens submergée par la peur peur. Un peu plus tard je découvre que lorsque je sors en ville, j'ai peur qu'un événement similaire puisse se produire près de moi, même si en réalité aucun danger ne me menace. Je projette un événement pensé (je ne l'ai pas vécu directement, j''ai seulement intériorisé les images, les mots et les émotions des autres) sur mon quotidien. Puisque la source de ma peur se trouve dans mes pensées, je ne peux m'extraire de cet engrenage de peur généralisée.

Réponse : Je peux m'éloigner ou limiter mon exposition aux sources qui alimentent mes pensées de peur, comme la télévision ou les média. Je peux cesser de prêter tout mon attention à ce que je pense (mots, images, sons..) et la reporter sur ce que je vois et ce que je suis en train de faire dans le moment présent.

 

Pour résumer, seule la peur physiologique nous est utile, elle se manifeste dans l'instant face à un danger imminent et active nos ressources pour y faire face. La peur psychologique, quand à elle, est liée à nos pensées ; elle crée une forte charge émotionnelle et une accumulation de stress qui court-circuitent nos ressources intérieures.

 

Dans le cas d'une phobie, je peux faire appel à un thérapeute pour m'en libérer. Dans le cas de pensées obsédantes, je peux d'abord faire en sorte de ne plus alimenter mes pensées par des sources extérieures, puis reporter mon attention sur le présent : ce que je vois maintenant, ce que j'entends maintenant, ce que je sens maintenant avec mon odorat, mon toucher et mon sens du goût.

 

Voici également un exercice audio guidé qui peut vous aider à gérer la peur psychologique : ICI !

 

Vous avez aimé cet article? Me soutenir: